La place de la communication non verbale (CNV) dans le jeu du désir

La rencontre dans les mains

Voici la définition que les dictionnaires donnent de la séduction : c’est « l’action d’attirer irrésistiblement, l’ascendant, la fascination, la capacité d’asservir quelqu’un à une espèce de pouvoir magique ».

En d’autres termes, le désir naît de la rencontre de deux pouvoirs opposés, celui du séducteur et celui de l’objet de sa séduction. Ce jeu met tous les sens en action ; ainsi que tout ce qui leur échappe et qui nous fascine de façon plus subtile, voire subliminale. Cette dimension peut s’inscrire dans le principe de la communication non verbale, qui agit au-delà de la parole. C’est du regard que part toute analyse de la communication non verbale. Il existe 7 indicateurs d’intérêts qui relèvent de la communication non-verbale. Je les ai personnellement divisés en cinq éléments :

1. C’est bien souvent le regard qui décide de la rencontre. Il révèle quelque chose de l’autre aussi bien à distance que dans l’intimité, ce qui en fait l’un des plus sûrs révélateurs de notre attitude publique et de nos sentiments profonds. Pour ne citer qu’un seul des innombrables signaux qui émanent du visage de l’autre : quand on ment, les pupilles ont tendance à se dilater, ce que savent bien les joueurs de poker expérimentés.

2. À chaque émotion correspond la contraction de certains muscles du corps, ce que démontrent les films étudiant les mimiques des volontaires soumis à des stimulations émotionnelles particulières 12. Une analyse au ralenti a permis d’observer que les sourires de circonstance que l’on arbore à l’occasion d’un cocktail, par exemple, sont produits par les muscles de la partie inférieure du visage. Les rides autour des yeux sont au contraire un indice clair d’authenticité.

3. La voix trahit, outre la sincérité, la capacité à instaurer des rapports plus ou moins intimes. Si l’univers du nouveau- né est immergé dans les chansons maternelles, le murmure des amoureux est le berceau du couple. Voilà pourquoi il arrive que des personnes intelligentes et fascinantes aient du mal à séduire, tout simplement parce quelles ont une voix criarde.

4. Les personnes anxieuses et déprimées connaissent les mêmes difficultés avec leurs gestes. Les uns n’arrêtent pas de gesticuler, de s’agiter et de parler sans tenir compte de l’autre : leur corps exprime bien plus que leurs paroles leur mal-être et leur incohérence. Les autres accompagnent leurs propos monotones de rares mouvements de mains et de visage, parfaitement inexpressifs. Résultat : ils ennuient et sont mis à l’écart.

La gestuelle est donc très significative : rien ne sert d’interpréter un personnage différent de ce que l’on est. Les personnalités hystériques, par exemple, sont convaincues que l’apparence compte plus que l’être et- cherchent avant tout à rendre leur image plus séduisante. Mais elles sont trahies par le caractère prévisible de leurs gestes. Inversement, les personnalités obsessionnelles sont souvent douées d’une grande richesse intérieure, mais leurs inhibitions les empêchent d’associer à leur pouvoir de séduction un langage gestuel adéquat. C’est là un handicap considérable.

5. La façon de se situer dans l’espace est tout aussi révélatrice. La posture est, en effet, plus parlante que d’autres indicateurs d’intérêts. Je suis personnellement irrité par le buste « convexe » des présentateurs de télévision qui montrent la plus belle partie d’eux-mêmes mais restent imperméables aux autres. Je ressens au contraire une sympathie instinctive pour les personnalités « concaves » et réceptives, qui font preuve d’une disponibilité naturelle, même si elles paient parfois cher une certaine dépendance affective. La complexité posturale est telle qu’on se trouve parfois face à de véritables êtres hybrides. La partie supérieure du corps peut faire preuve d’une grande ouverture et les jambes rester rigoureusement croisées. Elles peuvent être au contraire impudiquement ouvertes alors que les bras restent hermétiquement fermés, comme pour protéger le cœur. Observez aussi la tête de vos amis : légèrement penchée de côté comme celle des Madones de la Renaissance, elle exprime sans équivoque une grande disponibilité. Il n’est pas nécessaire que je vous explique inversement ce que signifient une tête plantée sur le cou et une mâchoire carrée et serrée, nous le savons tous.