La différence d’âge

Lire de l'amour

La différence d’âge : il s’agit d’un des grands mystères de la formation des couples et, pour les analystes, c’est l’un des éléments les plus intéressants de l’attirance amoureuse.

Depuis toujours, on tolère plus facilement que la femme soit plus jeune que son conjoint. La justification est, si j’ose dire, clairement évolutionniste, puisque l’homme reste fertile plus longtemps, ce qui est l’une des différences entre hommes et femmes. En épousant une femme plus jeune que lui, le patriarche confirme son rôle de chef de famille. Parmi les motifs psychologiques qui fondent ces couples, on trouve chez l’un, le désir de relancer l’érotisme et, chez l’autre, la recherche d’une image paternelle. Mais lorsque la nécessité de se sentir jeune cesse d’être stimulante et devient source d’angoisse, ce genre d’union est vouée à échec.

En revanche, lorsqu’une femme choisit un homme plus âgé, la référence analytique est souvent un complexe œdipien mal résolu. Ces gens sont souvent sincères et fort éloignés de l’archétype classique de la jeune femme cherchant à épouser un vieillard fortuné. Mon ami Florian, qui porte allègrement ses soixante-quinze ans, a par exemple reçu une déclaration d’amour spontanée d’une femme de vingt-cinq ans : Myriam, une amie de son fils aîné, avait fondu pour lui lors d’une visite commune au Louvre. La lettre était plutôt explicite quant aux intentions de la jeune femme, et avait embarrassé Florian au point qu’il me demanda de faire un check-up de ses capacités amoureuses. Je lui donnai ma bénédiction et une belle histoire d’amour naquit entre eux, qui dura environ deux ans. Il est évident qu’elle avait trouvé chez un homme plus âgé ce que cherchent beaucoup de femmes : une chaleur et un érotisme plus raffiné que l’amour parfois maladroit des hommes plus jeunes.

Quand un homme choisit une partenaire plus âgée, les chances de réussite ne sont pas moins grandes. Ces unions sont souvent dues au besoin qu’a l’homme de trouver une maman protectrice ou, au contraire, une marâtre à qui se soumettre. Dans ce cas, la sexualité a rarement pour but la procréation, elle est considérée comme un simple facteur d’intimité pour le couple.

Le vrai tabou concerne les femmes qui choisissent des hommes plus jeunes. En dehors d’une rencontre adultère, encore aujourd’hui, toutes ne peuvent pas se le permettre et, socialement parlant, et ne peuvent le faire en toute impunité, sinon les femmes célèbres : ainsi Liz Taylor et son dernier et déjà ex-mari, un ouvrier de quarante ans son cadet. Il est vrai que ce modèle de couple est plus répandu dans les pays anglo-saxons, comme le montrent des films tels que American Gigolo, ou des livres comme Noria blues de Erica Jong. La principale protagoniste de cette histoire est une femme peintre qui se lie à un jeune amant psychopathe. S’il la satisfait sexuellement, il l’exploite financièrement.