Ce que les femmes attendent des hommes

Rencontrer l'amour

Si on s’en tient à son sens strictement étymologique, la virilité est ce qui fonde le fait d’être homme. Il est pourtant difficile de savoir sur quoi elle peut bien s’enraciner. On ne peut négliger le poids de certaines images qui viennent d’un lointain passé : Achille et son talon, Ulysse et ses pérégrinations, Jésus et son infaillibilité. Mais l’image kaléidoscopique de la virilité s’appuie aussi sur la culture populaire d’aujourd’hui : Woody Allen, même complexé, était une sorte de symbole des années soixante-dix. Les années quatre-vingt ont porté Richard Gere au pinacle. Les années quatre-vingt-dix rêvent plutôt du jeune Brad Pitt. Au cours de ces trois décennies le modèle phallique a lentement décliné. Lassées des « supermacho », les femmes ne peuvent pour autant se contenter de doux rêveurs et elles n’arrêtent pas de réviser la liste de leurs exigences. Cherchant à mettre un peu d’ordre dans tout cela, je me propose de dresser la liste des attentes féminines, en posant comme préalable que l’on naît mâle mais qu’homme, on le devient.

1. Un homme plus présent. Le modèle traditionnel de nos ancêtres, comme expliqué ici, nous montre un homme qui s’en va chasser pendant que sa femme entretient le feu au fond d’une caverne. Aujourd’hui beaucoup d’hommes partent pour ne plus revenir. C’est le cas aux États-Unis, où 30 % des foyers sont constitués de femmes seules. On n’en est pas encore là en Europe, mais plus que les femmes, les hommes souffrent aujourd’hui d’un véritable manque affectif. Comme on l’imagine, le problème n’est pas tant celui de la quantité que de la qualité du temps passé ensemble.

2. Un homme plus amoureux. Le désir masculin pose aujourd’hui aux sexologues un véritable problème : non seulement il tend à s’affaiblir, mais en outre les hommes sont moins que jamais disposés à faire une démarche introspective afin de découvrir les raisons de ce manque. Le nombre des cas d’éjaculations précoces est en constante augmentation – certains expliquent ce fait par la trop grande exigence des femmes. Il est clair que si les femmes n’ont pas toutes besoin de taureaux, elles ne tolèrent pas pour autant l’amour à la va- vite. Tout au plus supporte-t-on le fast-food, mais certainement pas le fast-sex.

3. Un homme qui écoute. La femme, surtout pour des raisons physiologiques, est plus sensible et réceptive aux besoins des autres. L’homme, souvent enfermé dans le stéréotype du mâle « qui ne demande jamais rien », est en revanche peu enclin à écouter. Lorsqu’il en est capable, cela agit favorablement sur sa sexualité et sa sensualité. Marina disait : « J’aimerais que mon fiancé ait un pénis sensible comme une antenne, écoutant mes vibrations et percevant mes rythmes. »

4. Un homme qui sache « être » autant que « faire ». On le sait, cette dualité a la vie dure. De fait, chacun a l’envie de rencontrer quelqu’un qui soit capable de s’exprimer dans ces deux dimensions. Être un homme désigne à la fois le savoir- faire, dans la vie professionnelle comme dans la vie familiale, mais aussi le fait d’être là, de quelque façon que ce soit. Et surtout être là avec son partenaire, donc savoir agir à deux. Peu importe, du reste, ce que l’on fait : du sport, des comptes ou une profession commune.

5. Un homme qui soit père et pas seulement géniteur. Il est facile de faire des enfants ; quant à les élever, c’est une autre affaire. Généralement, les hommes reproduisent deux stéréotypes opposés : ils sont soit des pères absents, soit des papas poules, qui cherchent à empiéter sur les fonctions maternelles de leur partenaire. Être présent ne veut pas dire nécessairement changer d’identité.